lunedì 26 Febbraio 2024

Aujourd’hui dans le monde

L'intrigue des crises internationales

Più letti

Global clowns

Note dalla Provenza

Colored

Depuis quelques mois, les tensions internationales semblent se multiplier, avec le Sahel, Gaza, la mer Rouge et les élections à Taïwan. Cependant, la logique est la même et se résume à quelques éléments essentiels.

Les États-Unis connaissent un plein essor économique et de puissance, jouant avec les autres acteurs en cherchant à les affaiblir, les diviser et les lier à eux. Depuis 2022, le dollar a réussi à repousser la seule menace sérieuse à son hégémonie qui, pendant plus de vingt ans, avait été représentée par l’euro. Les Britanniques sont venus en aide aux Américains dans cette lutte vitale, suivis plus tard par les Russes, avec la suite des souverainistes en Europe.
Pendant ce temps, les États-Unis, avec la relance industrielle et la domination du marché énergétique, ont inversé la tendance qui, depuis les années cinquante, avait vu leur poids spécifique par rapport au PIB mondial diminuer. En baisse constante avant 2022, il est passé de 21% du total mondial à 25% en seulement deux ans. La “dé-dollarsation” n’a pas fonctionné. La Chine dépend des réserves en dollars qu’elle détient en grande quantité, et de toute façon, dans les transactions internationales de l’année écoulée, le dollar était présent dans 88% des cas, ce qui signifie qu’il n’était absent que dans 12% des cas. Mais parmi les monnaies des BRICS PLUS, la seule devise présente, le renminbi, ne l’était que dans 5% des cas.

Qui pense que les Américains soient en difficulté continue de méconnaître la valeur des défaites militaires, directes ou indirectes. Les Américains les accumulent constamment, mais ils utilisent les guerres pour saigner les autres et créer les conditions permettant d’obtenir des résultats politico-économiques ultérieurs, comme cela s’est produit au Vietnam. Le même schéma se répète en Afrique, en Ukraine, à Taïwan et peut-être en Afghanistan.
Seuls les Russes n’ont pas tiré les leçons de la non pertinence de la puissance musculaire, la confondant avec la supériorité militaire accompagnant les politiques de dissuasion et de persuasion qui sont au contraire américaines et chinoises. Ainsi, dans leur rudesse, ils continuent de poursuivre et d’exhiber leur force brutale, ne restant ensuite qu’avec une poignée de mouches, car personne ne les considère comme des acteurs stratégiques, mais tout le monde les utilise comme des paravents et des épouvantails.
Par ailleurs, les bombardements et attaques répétés de l’Ukraine sur le sol russe ont remis en question la crédibilité de Moscou, car la doctrine de la dissuasion nucléaire en cas de menace sur son territoire s’est révélée être un bluff, ou du moins, pas une obligation.

Chaque conflit en cours aujourd’hui représente une attaque contre l’économie et la capacité politique de l’Union européenne, et, en particulier, dissimule une guerre contre l’Allemagne et la France, qui, pour ne rien arranger, retombe sur l’Italie.
L’Allemagne, plus que tout autre pays, subit les effets de l’initiative russo-américaine en Ukraine, car, lancée imprudemment vers la dénucléarisation par Merkel, elle paie maintenant le prix de la coupure énergétique avec Moscou, mettant fin à ce qui a été appelé “Rapallo énergétique”. Les conséquences ont un impact extrême sur l’économie allemande. Le choix de Berlin a cependant été contraint, car l’alternative aurait signifié l’abdication totale du contrôle politico-économique de l’espace vital allemand dans l’est proche et la fin de toute aspiration nationale et continentale.
L’attaque incompréhensible de février 2022 a donc été vécue en Allemagne comme un coup de poignard dans le dos de la part de la Russie. Il en a résulté la “Zeitenwende” qui, reprenant en partie la théorie de Schaüble, indique un chemin par étapes vers l’autonomie stratégique européenne. Le ministre de la Défense, Pistorius, est aujourd’hui le politique le plus populaire dans le pays. Sa politique de réarmement visant à doter l’Allemagne d’une armée de terre puissante et à augmenter considérablement le budget des dépenses militaires bénéficie du soutien de 72% de la population.
L’ancien ministre des Affaires étrangères, Fischer, a ajouté que la séparation des Américains est prévisible et qu’il faut développer un programme d’armement nucléaire européen.
La France a depuis longtemps proposé le partage de la force de frappe et prêche plus que tout autre le dépassement de l’OTAN. L’hostilité américaine est tangible.

L’Europe dans son ensemble a dû faire face à l’élargissement de l’OTAN provoqué par Moscou et à la crise des approvisionnements énergétiques, auxquels s’ajoutent les difficultés de navigation qui touchent principalement les échanges commerciaux européens.
En effet, outre l’allongement des délais, l’effondrement du trafic maritime en mer Rouge a également entraîné une flambée des coûts et une réduction des importations-exportations. Le transport d’un conteneur standard de 40 pieds de la Chine vers le nord de l’Europe coûte actuellement plus de 4 000 dollars, contre environ 1 500 en novembre. Pour donner une idée, environ 15% du commerce international italien passe par la mer Rouge. Les hausses des tarifs maritimes se répercutent également sur d’autres itinéraires. L’escalade des tensions au Moyen-Orient met également en péril l’approvisionnement en matières premières. L’Europe est donc sous deux feux concentriques.
La seule donnée positive est que l’on a commencé à comprendre la nécessité d’une centralisation politique, du moins partielle, et d’une dissuasion militaire à la hauteur. En 2022, les dépenses militaires mondiales ont augmenté de 3,7%, mais celles de l’Europe de 13%, ce qui témoigne de la volonté de rattraper le retard.

Nous assistons à un jeu particulier à trois entre les États-Unis, la Chine et l’Inde.
Les deux puissances asiatiques sont très astucieuses et attentives dans leurs relations, oscillant entre coopération et compétition, mais cette dernière prédomine nettement. Le conflit se manifeste par la création de deux systèmes d’alliances géopolitiques opposées dans l’Indo-Pacifique. Celui de la Chine, appelé “Collier de perles”, inclut des pays tels que le Népal, le Myanmar, le Sri Lanka, Djibouti et, depuis quelques mois, les Maldives. Celui de l’Inde, ou “Collier de diamants”, répond avec Oman, Singapour, l’Indonésie et le Vietnam. De plus, depuis 2021, le groupe I2U2 implique l’Inde, les États-Unis, les Émirats arabes unis et Israël, tandis que le projet du corridor maritime-ferroviaire IMEC dispute à la Route de la Soie l’accès eurasiatique. L’Inde s’est également positionnée avec autorité dans la course à l’espace, non seulement avec un atterrissage réussi sur la Lune, contrairement à celui des Russes, mais en projetant également l’envoi d’une sonde solaire.
En arrière-plan au Moyen-Orient, se déroule un jeu entre Pékin et New Delhi, dont l’enjeu est le niveau d’autorité dans le partenariat avec les Américains. Pékin s’est en effet offert sans détour pour “aider Washington à médier”. Il n’est pas un secret que les Chinois, au lieu de défier le système, cherchent à obtenir une plus grande part dans la gestion mondiale et une reconnaissance que les Américains, plutôt que de nier, tentent de contenir, les affaiblissant.

Éloquente est la relation avec l’Iran. La Chine affirme être d’accord avec le refus de la nucléarisation de Téhéran et se déclare prête à jouer le rôle de médiateur pour un nouvel accord avec les États-Unis. Cependant, l’Iran est le principal fournisseur de pétrole pour l’Inde. La diplomatie chinoise qui tente de concilier les Saoudiens et les Iraniens, acquérant ainsi une autorité vraiment remarquable, est mal vue par New Delhi et n’est pas du goût de Washington et de Tel Aviv. Par conséquent, les tensions actuelles dans le Golfe et en mer Rouge entraînent Téhéran par les cheveux, la contraignant à ne pas renier ses alliés inconfortables, mais ce faisant, elle contrecarre les ambitions chinoises.
La victoire des nationalistes à Taïwan est une autre épine dans le pied de Pékin. Il est loin d’imaginer un scénario de guerre mondiale, car la Maison Blanche a réaffirmé une fois de plus qu’elle n’était pas disposée à défendre l’indépendance de Taïwan.

Le jeu reste le même : alimenter, ou plus souvent laisser monter, les tensions attisées par d’autres, pour les affaiblir et avoir des pions d’échange. Il y a peu de doutes sur le fait que les États-Unis abandonneront Taïwan, tout comme ils l’ont fait avec l’Ukraine. Comme nous l’avons écrit dès le premier jour, Washington était ravi de l’agression russe à Kiev, une invasion que plusieurs analystes du renseignement (chinois, indiens, italiens et iraniens) ont immédiatement qualifiée de concertée. Ce qui, dans une certaine mesure, est secondaire.
L’infanterie et l’artillerie russes ont néanmoins accompli le travail qui intéressait les Américains, qui, depuis maintenant dix ans, ont essentiellement offert le Donbass comme appât à la Russie et utilisent Moscou contre l’Europe dans le cadre d’une guerre économique visant à freiner ses aspirations stratégiques.
Pour les Américains, la guerre aurait dû se conclure avec le partage de l’Ukraine avant les prochaines élections présidentielles. Ainsi, ils n’ont pas soutenu la contre-offensive de Kiev avec des chars ou des avions et ont même empêché les Polonais de fournir leurs propres avions. Maintenant que les Ukrainiens doivent faire face à la nouvelle offensive russe, Washington leur a refusé les systèmes Patriot et des financements supplémentaires.
Les Américains ne s’attendaient pas à un tel retard dans les opérations militaires de la part des Russes et ont compris que, sans aider ouvertement Moscou, ils risquent de ne pas pouvoir imposer le partage ukranien avant l’automne prochain.

L’abandon américain a cependant remis en selle le troisième larron, le Royaume-Uni, qui avait déjà joué un rôle de premier plan au début du conflit. L’engagement récent avec Kiev, impliquant le partage des renseignements, la sécurité informatique, la formation médicale et militaire, la coopération industrielle dans la défense et une assistance financière, peut brouiller les cartes.
Dans le même temps, cela permet à Londres de réintégrer effectivement l’Union européenne, tandis que les négociations se poursuivent pour un accord global visant à annuler ou du moins atténuer les effets du Brexit, qui ont été dévastateurs sur les plans économique, ethnique, commercial et stratégique, et que plus de 80% des Britanniques souhaiteraient laisser derrière eux. Mais sur le plan strictement militaire, cela peut avoir des effets imprévus, car Moscou se vantait déjà d’une conclusion favorable que Washington lui avait préparée.

Il y a bien sûr beaucoup plus, en particulier les massacres des populations prises en otage. La stratégie de la tension au niveau international a les mêmes effets que ceux connus à l’époque en Italie, mais à une puissance exponentielle. Il y a une “licence de tuer”, donc des intérêts de toutes sortes interviennent, tels que ceux liés à la bourse et à la spéculation, qui s’envolent avec les blocus navals et dans les zones de conflit. Il y a également les nouveaux partages de gaz sous-marin. Dans un tel contexte, les visées expansionnistes et même génocidaires se sentent encouragées. Ensuite, il y a les affrontements entre bandes pour le contrôle de milices et pour l’affirmation d’influences de type mafieux. Tout cela nous donne une vision assez précise de ce qui se passe depuis le 7 octobre et que nous avons appelé “Hamasrael”.
De plus, des acteurs de taille moyenne, tels que la Russie ou la Turquie, suivant la voie sino-américaine, cherchent à imposer leurs influences avec un mélange, pas toujours bien équilibré, de politique et de puissance militaire.
Et il y a d’autres puissances moyennes en restructuration stratégique (Royaume-Uni) ou en réarmement (Japon), prêtes à faire entendre leur voix.

En tout cas, nous parlons du même système partout, celui du capitalisme sauvage. En Europe, il est atténué par la protection sociale et certaines formes de participation, mais la concurrence du tiers-monde et la logique WASP font reculer chaque jour un peu plus la socialité européenne.
Il est singulier que cette convivialité soit souvent associée à l’ostentation du déclin des mœurs et des valeurs, bien moindre en dehors de l’Occident. Non pas le déclin des mœurs et des valeurs, qui, au contraire, sont souvent pires ailleurs qu’ici, mais l’ostentation de ce “progrès”. Une ostentation qui est surtout le caprice d’une bourgeoisie décadente, fruit du progressisme gramscien et de l’École de Francfort. Face à ce déclin, on comprend l’instinct de réaction et l’exaltation d’autres modèles, qui n’ont pourtant rien à apprendre même au pire de l’Occident. La question est uniquement la nôtre et nous la résoudrons. Mais le vrai problème n’est pas cette dérive culturelle qui se redressera, c’est le drame démographique dans lequel nous nous trouvons.

Tout cela, dans sa diversité, compose le cadre général morcelé et apparemment instable : c’est sur l’apparente instabilité que repose la véritable stabilité d’un système désuni mais toujours unifié dans toutes ses variantes géopolitiques importantes.
Mais les lignes directrices sont celles que nous avons résumées. Les États-Unis, avec une mise à jour de la doctrine Brzezinski qui enseigne à favoriser les conflits entre les autres acteurs en veillant à être toujours indispensables à chacun d’eux, agissent contre l’Europe et en faveur d’un accord avec la Chine dans des conditions aussi favorables que possible. Cela intensifie le conflit entre l’Inde et la Chine et perturbe les plans excessivement présomptueux de ceux qui veulent réellement monter en puissance.
Le reste (Bien contre Mal) n’est que de la poudre aux yeux ou un fanatisme projeté dans un scénario qui a peu à voir avec la réalité, mais seulement avec une représentation inexacte et souvent psychotique du réel.

Ultime

Il fascismo inglese

Ricordiamo l'opera di Oswald Mosley

Potrebbe interessarti anche